Maladie de Lyme : quelles conséquences ?

Qu'est-ce que la maladie de Lyme et comment savoir si vous en souffrez ? Nous énumérerons ci-dessous tous les symptômes et les conséquences possibles pour vous, afin que vous en ayez un aperçu complet, indispensable pour établir un diagnostic. Si vous pensez souffrir de la maladie de Lyme, ou que vous avez doutes, consultez immédiatement un médecin. 

Qu'est-ce que la maladie de Lyme ?

La maladie est causée par une piqûre de tique. Après la piqûre, une lésion rouge et prurigineuse apparaît sur votre corps. Normalement, la plaie d’une piqûre de tique est inférieure à 5 cm et disparaît après quelques jours. Lorsque la tique est infectée par la bactérie Borrelia et reste dans votre organisme pendant plus de 36 heures, la piqûre peut causer la maladie de Lyme. Si les parasites sont enlevés au plus tard 24 heures après la piqûre, le risque reste plutôt faible. Cette maladie est plus fréquente chez les personnes qui passent beaucoup de temps à l’extérieur, au contact de la nature, que ce soit pour le travail ou comme passe-temps. Les hommes âgés de 45 à 64 ans sont particulièrement touchés par la maladie de Lyme.

Comment reconnaître la maladie? (symptômes)

  • Symptômes de la phase primaire (de 3 jours à 3 mois après la piqûre)

Surveillez votre peau et vérifiez régulièrement qu’il n’y ait pas de tâche rouge qui apparaisse, puis qui grossisse, également nommé érythème migrant. Des symptômes semblables à ceux de la grippe peuvent également se manifester : maux de tête, maux de gorge, fatigue, fièvre…

  • Piqûre de tique qui ne disparaît pas en 36 heures

Quelques jours après la piqûre, des symptômes peuvent apparaître, mais ce n'est pas toujours le cas. Parfois, les symptômes ne se manifestent que plusieurs mois ou années plus tard.

  • Symptômes de la phase secondaire (quelques semaines à mois après la piqûre)

Ces symptômes n'apparaissent qu'un certain temps après la piqûre : douleurs dans les bras et les jambes, arythmie cardiaque, vision double, déformation faciale due à la paralysie musculaire,....

  • Manifestations et troubles articulaires (quelques mois à années après la piqûre)

Plusieurs mois, voire années après la piqûre, les symptômes peuvent encore apparaître. Il s'agit notamment de douleurs ou de gonflement des articulations (souvent le genou), de troubles de la mémoire, de l'humeur et du sommeil, mais aussi de troubles sensoriels des extrémités comme les doigts.

  • Infection chronique

Une infection chronique peut causer une maladie chronique de la peau, habituellement chez les femmes plus âgées. Cela se traduit par des plaies de couleur pourpre-rouge qui peuvent devenir rigides en quelques années.

  • Problèmes neurologiques

Paralysie du nerf facial, douleur, parésie (paralysie motrice d'une ou plusieurs zones du corps), maux de tête.

Important à savoir : tous ces symptômes ne se produisent que si la maladie de Lyme n'est pas traitée. L'administration d'antibiotiques au moment du diagnostic prévient normalement ces complications ou les guérit, si la maladie n'est pas détectée avant l'apparition des complications.

Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Diarrhée du voyageur: comment la traiter?

    Un séjour sous les tropiques rime en principe avec soleil, mer et plage. Hélas, la turista, ou diarrhée du voyageur, touche 30 à 40% des vacanciers. Souvent bénigne, elle perturbe pourtant sérieusement vos vacances tant attendues. Comment la prévenir? 

    Les causes

    La turista est causée par un virus ou une bactérie, plus rarement par un parasite intestinal, qui pénètre alors dans l’organisme par ingestion. Le patient tombe malade après mangé ou bu un ingrédient souillé par des résidus de matières fécales.

    Plus les conditions sanitaires sont mauvaises, plus vous avez de chances que les aliments et l’eau soient souillés. Attention, les eaux de baignade peuvent également être touchées !

    Les symptômes

    La turista survient généralement lors de la première semaine du voyage, souvent vers le troisième jour. Heureusement, la guérison est plutôt rapide. Voici les principaux symptômes, qui doivent vous mettre la puce à l’oreille :

    • selles fréquentes et liquides,
    • crampes,
    • nausées,
    • fièvre,
    • vomissements,
    • présence de sang dans les selles.

    Que faire pour l’éviter ?

    Le meilleur moyen reste la prévention : faites donc bien attention à ce que vous consommez. Le risque zéro n’existe pas, mais vous pouvez mettre toutes les chances de votre côté – et n’oubliez pas de vous laver les mains régulièrement !

    • Ne buvez pas d’eau du robinet dans des zones aux conditions sanitaires insuffisantes.
    • N’utilisez pas d’eau du robinet pour cuisiner vos plats.
    • Si nécessaire, filtrez l’eau et désinfectez-la à l’aide de pastilles de purification, qui contiennent du chlore, de l’iode ou des ions d’argent.
    • En cas de doute, brossez-vous les dents avec de l’eau en bouteille.

    Lavez-vous soigneusement les mains avec du savon, avant chaque repas, avant de cuisiner et après tout passage aux toilettes.

    • Évitez les glaçons et les glaces.
    • Les repas chauds doivent toujours être servis chauds.
    • Ne consommez pas d’aliments précuits ou insuffisamment cuits (en particulier la viande, le poisson et les fruits de mer).

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Le sexe, c'est bon pour la santé !

    Pour être en bonne santé, il faut manger équilibré et pratiquer une activité physique. On oublie trop souvent un troisième élément : une vie sexuelle épanouie ! Nous vous en disons plus sur l'impact positif du sexe sur notre organisme. 

    Des effets bénéfiques

    Lorsque nous faisons l'amour, notre cerveau libère de l'ocytocine, de la sérotonine et de l'endorphine - des substances bienfaisantes sur bien des plans.

    En effet, le sexe :

    • est une activité physique, qui permet de brûler des calories ;
    • diminue la douleur, notamment les maux de tête et migraines ;
    • atténue le stress ;
    • stimule la mémoire ;
    • améliore le sommeil, et permet de s'endormir plus facilement ;
    • crée une meilleure intimité au sein du couple ;
    • est bénéfique pour le cœur et pour la peau ;
    • permet de tonifier le périnée ;
    • diminue le risque de cancer du sein pour les femmes, et celui de la prostate pour les hommes ;
    • booste la production d'anticorps et donc l'immunité de l'organisme.

    En soi, faire l'amour est donc un sport qui permet de se maintenir en forme. Au-delà des bienfaits physiques, le sexe est également euphorisant sur le plan psychique. Votre confiance en soi est stimulée, et vous vous sentez bien dans votre peau. De plus, une vie sexuelle épanouie est essentielle pour une bonne relation de couple.

    Quel est le meilleur moment pour s'y adonner ?

    Des études ont montré que le matin serait le meilleur moment de la journée pour avoir un rapport sexuel, 5 heures 48 pour être précis ! Il paraîtrait que cet horaire conviendrait à la fois au rythme interne de l'homme et celui de la femme. En effet, ceci n'est pas forcément le cas le reste de la journée. Saviez-vous qu'avoir un orgasme pour démarrer la journée aurait plus d'effet qu'une tasse de café ou de thé ? Jouir de bon matin permet un afflux d'ocytocine, d'endorphine et de dopamine, une diminution du taux de cortisol et une plus grande lucidité. La suite ? Une journée moins stressante, une meilleure capacité de concentration, une activité cérébrale au plus haut et un ventre plus plat : le tout, dans la sérénité ! Magique, non ?

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Tout sur les compléments alimentaires

    Comme leur nom l'indique, les compléments alimentaires sont des substances qui sont prises en complément de l'alimentation quotidienne. Ils représentent un apport supplémentaire en calories, en protéines, en vitamines, en minéraux ou en oligo-éléments. À qui se destinent-ils ? Quand faut-il les consommer ? 

    Qu'est-ce ?

    Les compléments alimentaires sont généralement des aliments prêts à l’emploi, enrichis en apport énergétique ou protéiné. Ces aliments peuvent être consommés en plus de l'alimentation régulière.

    Il faut distinguer complément alimentaire et substitut alimentaire. Les compléments s'utilisent pour combler une carence, par exemple en cas de maladie (cancer), de faiblesse passagère ou de blessure. Les substituts alimentaires, eux, remplacent entièrement un repas. Ils sont utilisés par exemple par les personnes souffrant de troubles de la déglutition.

    Les compléments à prendre par voie orale (sous forme liquide) sont des boissons toutes prêtes, consommées pour raisons médicales et servant à fournir au corps un supplément de telle ou telle substance. En cas de perte d’appétit sévère, les repas peuvent par exemple être remplacés par un complément liquide, pour parer aux inévitables carences. Parfois, il est nécessaire d’envisager l’alimentation par sonde pour répondre à des besoins nutritifs spécifiques.

    Attention : ne prenez pas de complément alimentaire sans avoir, au préalable, consulté votre médecin traitant ou diététicien, qui vous conseillera sur le type de complément adapté à votre cas. Il existe une grande variété de compléments : riches en fibres ou en apport énergétique, pour accompagner les patients de la maladie d’Alzheimer, sans lactose, sans sucres...

    Les compléments liquides sont disponibles en pharmacie, sans ordonnance, et se déclinent en plusieurs types et en plusieurs saveurs. Kenkoo vous propose également une gamme de compléments, à retrouver ici.

    Qui est concerné(e) ?

    Patients atteints d’un cancer :

    Un traitement contre le cancer peut affecter l’appétit du patient, et rendre difficile la prise régulière de repas. Les raisons ? Elles peuvent être diverses : une tumeur située sur l’appareil digestif, des nausées et des vomissements à cause du traitement… ; et mènent à une perte de poids inévitable. Parfois, l’amaigrissement est à peine remarqué par le patient. Dans tous les cas, il est important d’agir vite : il faut éviter autant que possible toute perte de masse musculaire, et toute carence en vitamines et en minéraux.

    Dans un premier temps, l’alimentation elle-même peut être enrichie en apports énergétiques et protéinés, voire en multivitamines et en minéraux. Il faut signaler toute perte de poids au diététicien spécialisé en cancérologie. Il/elle vous apportera des conseils personnalisés, et vous indiquera s’il est nécessaire de prendre des compléments alimentaires ou non.

    Si rééquilibrer son alimentation ne suffit plus, il faut envisager les compléments liquides. Leur consistance fait penser à un laitage, du type milkshake, mais certains sont disponibles sous forme de jus, de pudding, de yaourt ou de soupe.

    En période de cicatrisation :

    Quel rôle pour les compléments alimentaires ?

    Après l'eau, les protéines forment la seconde composante de notre corps. C'est grâce aux protéines que les tissus se régénèrent - ce qui est capital lors d'une blessure ou d'un accident !

    Les vitamines sont tout aussi essentielles lors d'un processus de guérison. Toute carence est à éviter. Parmi les autres minéraux accélérant la cicatrisation d'une blessure : le zinc et le fer, qui permet le transport de l'oxygène dans votre sang, vers la plaie.

    Le meilleur réflexe à avoir, cependant, c'est de s'hydrater suffisamment : buvez, buvez, buvez (de l'eau bien sûr) ! Votre plaie doit rester hydratée et éviter tout dessèchement. Sinon, votre plaie risque de moins bien cicatriser, et le processus de guérison s'en verra retardé. Boire 1,5 litre d'eau par jour suffit à maintenir votre organisme en bonne santé.

    Alzheimer, insuffisance rénale...

    Les compléments alimentaires se destinent également aux patients souffrant de la maladie d'Alzheimer ou d'insuffisance rénale. Il existe des compléments spécialement conçus pour ces maladies. Mieux vaut consulter votre médecin ou un diététicien pour un conseil professionnel avant toute consommation.

    Abonnez-vous à notre newsletter sur pharmaciealimentaire.be & Kenkoo et recevez 10% de réduction sur tous les produits de pharmaciealimentaire.be.

  • Sports nautiques et lentilles de contact : à éviter !

    Sans vos lentilles de contact, vous êtes dans le brouillard complet. Vous préférez ne pas avoir à vous en passer, même pendant une séance de natation, de surf, de voile ou tout autre sport nautique. Lentilles et eau : compatible, ou à éviter ? 

    La réponse est sans appel : non. Que vous utilisiez des lentilles souples ou rigides, mieux vaut éviter le contact avec l’eau, et ce, pour plusieurs raisons :

    UN RISQUE ACCRU D’INFECTIONS OCULAIRES

    En tant que porteur de lentilles, vous le savez déjà : l’hygiène est cruciale pour l’entretien de vos lentilles. Une simple douche peut s'avérer risquée, à cause des éclaboussures… alors l’eau de mer ou de la piscine, n’en parlons pas !

    La raison ? L’eau de baignade regorge de bactéries, de micro-organismes et de produits chimiques. Vos lentilles agissent comme une éponge, absorbant ce cocktail nocif en un rien de temps, ce qui augmente fortement le risque d’infection oculaire. Le risque est d’autant plus important si l’eau stagne entre votre globe oculaire et la lentille.

    Les infections oculaires sont à prendre très au sérieux. Les cas les plus extrêmes peuvent mener à une vision diminuée de façon permanente, voire à la cécité ou, dans certains cas, à l’amputation de l’œil. L’eau douce dormante (étangs, lacs) représente le plus grand risque, mais l’eau chlorée de piscine peut également être à l’origine d’infections.

    LES LENTILLES RISQUENT DE PARTIR…

    Puisque les lentilles « flottent » sur le film lacrymal, elles flottent tout autant sur l’eau dans laquelle vous vous baignez, surtout l’eau douce.

    ...OU DE S’ACCROCHER

    Vos lentilles s’imbibent sous l’abondance d’eau de mer ou de piscine, et gonflent. Le chlore contenu dans l’eau fait que les lentilles s’accrochent au globe oculaire, et sont plus difficiles à retirer.

    Oups, vous avez oublié de retirer vos lentilles ? Ne les enlevez surtout pas en sortant à peine de l’eau ! Vous risquez de décoller la cornée. Attendez au moins un quart d’heure, le temps que se reforme un film lacrymal. L’utilisation de gouttes oculaires hydratantes peut vous aider. Dès que vous sentez que les lentilles ne sont plus « collées », vous pouvez les retirer.

    Pour résumer : lors de la pratique d’un sport nautique, les lentilles sont à éviter, sauf si on est sûr et certain que l’eau n’atteindra pas les yeux.

    Hors de question pour vous de faire du sport sans lentilles ? Nous vous conseillons alors d’opter pour les lentilles de jour souples. Jetez ces lentilles juste après votre séance de sport, pour minimiser le risque d’infection. Ensuite, vous pouvez à nouveau utiliser vos lentilles normales.